Je viens vers vous avec mes protège-tibias, mes crampons pour parler avec vous d’un sujet sportif assez grave. Oui, oui, assez grave, j’insiste. A deux jours du match comptant pour les éliminatoires de l’Euro 2012 contre l’Albanie, des images me reviennent. Nous gardons (et à priori, nous garderons) tous en mémoire, la sordide affaire de Knysna. Considérée désormais comme la période la plus honteuse et la plus sombre du foot français, elle aurait du, en théorie, ramener à la raison certains parvenus qui ont la chance de jouer en sélection. Certains de ces joueurs qui ont revendiqué, on ne sait comment, une pseudo-légitimité sous le maillot bleu. Oui, la cible de ce billet est une hydre à deux têtes dont l’une aime trainer dans les établissements où une certaine Zahia vend ses courbes et ses charmes.

Ben alors, Franck Ribery tu fais encore parler de toi ? D’accord sur le terrain, force est de reconnaître que tu es performant en ce début de saison avec le Bayern Munich. Je vais même être magnanime : tu as semblé retrouver la panoplie qui a fait ton succès outre-Rhin. D’ailleurs dans les pages de nos confrères de l’Equipe de ce mardi tu avoues avoir changé. Ah ben ça c’est cool. En fait, ce qui aurait été bien, c’est que tu arrêtes la sélection. Monsieur revendique une position préférentielle, celle de milieu gauche, c’est, je cite très important pour lui. Arrête Franck, ne nous fais pas croire que : le couloir gauche t’est dû et que la vie s’arrêtera si tu joues à droite. D’ailleurs, Willy Sagnol a récemment vanté tes prestations sur ce coté en Allemagne.

Alors pourquoi, Franck t’entêtes-tu à  ce point-là ? Connais tu le dicton qui dit qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ? Est-ce depuis ton arrivée en Allemagne, où l’on t’appelle Kaiser Franck, que tu n’as pas senti tes chevilles gonfler ? Non, parce que là, faut te remettre en question coco. Je vais être clair : tu n’as aucune légitimité en sélection. Aucune. Ton but contre Casillas en 2006 ? Ok et ensuite ? Rien, plus rien, si ce n’est deux moments où tu as voulu jouer au Caliméro sur le plateau de Telefoot en faisant croire que tu avais  » les boules « . Arrête de prendre les gens pour des idiots Franck, l’idiot de l’équipe c’est toi. Alors cher petit, il va falloir que tu apprennes à te taire, surtout quand il s’agit d’aller de la Séléction. Tu peux faire le mariole au Bayernn mais en équipe nationale, si le coach veut te faire jouer dans les buts, tu dis : « <i>oui, coach</i> » et tu fermes ce qui te sert de bouche.

Sacré Franck, heureusement que tu es là, même si on aimerait ne pas te voir en sélection, tu nous fais bien rire. Ta place aux Guignols n’est pas usurpée, après tout. En revanche, l’autre tête que j’ai dans le viseur aujourd’hui c’est Mister Patrice Evra. Ce joueur si intelligent, qui a déjà assez à faire à être le capitaine de Manchester United, chambre le prochain capitaine de l’équipe de France, ose parler à la troisième personne du singulier, éludant toutes les questions de jeu ? Est-ce que Raymond Domenech aurait déteint sur lui ? Mais pour qui se prend cet érudit qui, autrefois n’avait qu’un seul but,éliminer le traitre ? Il n’a toujours pas compris que le silence est d’or et que dans sa situation, il se pèse en lingots ? Visiblement non, mais gageons que, face à ces abrutis qui jouent-là, un scabreux double jeu, Laurent Blanc retrousse ses manches, qu’il prenne ces deux énergumènes en apparté et qu’il leur dise tout haut ce que nous, petites personnes qui gagnons notre pain quotdien autrement qu’en tapant dans un ballon, sommes nombreux à penser : Jouez où je vous dis de jouer et fermez votre gueule. Et puis, meme sans ça, fermez votre gueule, disparaissez du foot professionnel tout simplement ça fera des vacances à tous les amateurs de foot.

Publicités